2008 La crise économique pourrait être à blâmer pour des milliers de suicides dans le monde entier excédentaires

sponsored links

Dans un article publié sur bmj.com, les chercheurs suggèrent que la crise économique mondiale de 2008 pourrait être à blâmer pour l'augmentation des taux de suicide dans les pays européens et américains, en particulier chez les hommes et dans les pays avec des niveaux plus élevés de pertes d'emplois.

En 2008, l'Organisation internationale du Travail estime que le nombre de chômeurs dans le monde pourrait atteindre environ 212 millions d'ici 2009, une augmentation de 34 millions par rapport à 2007. L'Organisation mondiale de la Santé a soulevé des préoccupations de la crise 'impact sur la santé mondiale et a appelé à des mesures pour surveiller et protéger la santé, en particulier parmi les populations pauvres et vulnérables.

Les études disponibles ne fournissent des données à partir d'un nombre limité de pays et il n'y a eu aucune enquête systématique sur le modèle international plus large ou les sex / groupes d'âge et les régions les plus touchées.

Dans cette étude, la première à examiner les tendances internationales dans le suicide, les chercheurs des universités de Hong Kong, Oxford et Bristol a utilisé les dernières données disponibles de 54 pays pour évaluer les changements dans les taux de suicide après la crise de 2008, ainsi que les effets différentiels par sexe, âge, pays et variation de l'emploi.

Les données ont été utilisées à partir de la base de données de mortalité Organisation mondiale de la Santé (OMS), les Centers for Disease Control and Prevention et la base de données World Economic Outlook du Fonds international Monetry. Le taux de chômage a été utilisé comme principal indicateur économique.

Les chercheurs ont évalué les tendances temporelles et estimé les chiffres attendus de suicides à l'aide d'anciens tendances. Ils ont utilisé l'année 2000 comme point de départ parce que les taux de suicide dans certains pays dans les années 1990 ont été affectés par la récession du début des années 1990 et la crise économique asiatique de la fin des années 1990. L'analyse principale a porté sur les taux de suicide en 2009.

Différentes catégories d'âge ont été utilisés pour déterminer si l'impact de la crise économique mondiale a varié parmi les âges: 15-24 (marché du travail), qui vient de pénétrer de 25 à 44 (début des années d'emploi), 45 à 64 (plus tard l'emploi) et de 65 ( après la retraite).

En 2009, il y avait une augmentation de 37% de chômage et 3% tombe du PIB par habitant, ce qui reflète le début de la crise économique en 2008. Tous les groupes européens expérimentés hausse du chômage en 2009 et 2010. Le taux de chômage a commencé à augmenter aux Etats-Unis et au Canada en 2008, suivie par des augmentations spectaculaires en 2009-10.

En 2009, le taux global de suicide chez les hommes a augmenté de 3,3%, avec un excès de 5000 suicides masculins dans tous les pays étudiés. Ces augmentations ont principalement été observés dans les 27 pays européens (4,2%) et 18 pays d'Amérique (6,4%) étudiés. La plus forte augmentation en Europe a été observée chez les vieillards de 15 à 24 ans et chez les vieillards de 45 à 64 ans en Amérique. Il n'y avait pas de changement dans le suicide chez les femmes européennes et une légère augmentation a été observée chez les femmes américaines.

Toujours en 2009, les nouveaux États membres de l'UE (Bulgarie, République tchèque, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, la Pologne, la Roumanie et Solvénie) ont montré la plus forte augmentation du taux de suicide chez les hommes (13,3%) au sein de l'Europe. États-Unis et au Canada ont montré une augmentation de 8,9% et les pays des Caraïbes et d'Amérique centrale ont montré une augmentation de 6,4% des suicides chez les hommes comparativement à une augmentation plus faible dans les pays d'Amérique du Sud.

Hausses semblent être associés à l'ampleur de l'augmentation du chômage, en particulier pour les hommes et dans les pays avec des niveaux de chômage est faible avant la crise.

Les chercheurs disent que cette étude documente une "hausse marquée au suicide après la crise économique mondiale de 2008." Les hausses ont été observées principalement chez les hommes, avec 5000 estimé suicides excédentaires en 2009 par rapport à ceux escomptés en fonction des tendances antérieures.

L'étude se ajoute à d'autres preuves suggérant que la crise économique mondiale de 2008 a provoqué des hausses ultérieures dans le suicide dans les pays touchés. Plusieurs études récentes ont montré une prévalence accrue de dépression ou d'anxiété après la crise économique, en particulier dans les gens qui ont vécu des emplois instables ou des problèmes financiers. Ceci est cohérent avec les augmentations documentées dans le suicide au cours des récessions passées, tels que la Grande Dépression dans les années 1930.

Les chercheurs disent que leurs résultats sont "susceptibles d'être une sous-estimation de la véritable impact global de la crise économique sur le suicide" que les données ne étaient pas disponibles pour un certain nombre de pays. En outre, une augmentation des suicides sont susceptibles d'être la pointe de l'iceberg de la détresse émotionnelle liée récession: pour chaque suicide environ 30-40 personnes font des tentatives de suicide et pour chaque tentative de suicide une dizaine de personnes éprouvent des pensées suicidaires. Dans les 20 pays européens avec les données disponibles pour 2010, leur analyse a indiqué une augmentation encore plus importante suicide chez les hommes en 2010 (10,8%) qu'en 2009.

Les chercheurs concluent que "action urgente est nécessaire pour empêcher la crise économique d'augmenter davantage suicides" et que les programmes du marché du travail peuvent "aider à compenser l'impact de la récession sur le suicide."